Contenu

Astèr, kosa nou fé ? États généraux des violences faites aux femmes : quelles avancées ?

 

Astèr, kosa nou fé ? États généraux des violences faites aux femmes : quelles avancées ?

Mercredi 27 septembre 2017 à 14 h, hôtel de la préfecture

Amaury de Saint-Quentin, préfet de La Réunion, réunit le comité de pilotage des violences faites aux femmes pour présenter les avancées des actions mises en œuvre à la suite des premiers États généraux des violences faites aux femmes. Cette réunion se tiendra le 27 septembre 2017 à 14 h en préfecture, en présence du recteur de l’Académie, des représentants des conseils régional et départemental, de l’ARS, des services de police et gendarmerie, des procureurs de Saint-Denis et de Saint-Pierre ainsi que des associations.

Plusieurs actions seront ainsi présentées :

  • la campagne de sensibilisation de lutte contre les violences faites aux femmes ;
  • la mise en place de l’outil commun de sensibilisation aux violences sexistes et sexuelles destiné aux collégiens de 6ème ;
  • le questionnaire d’accueil des victimes dans les services de gendarmerie ;
  • le stage de responsabilisation des auteurs de violences ;
  • le téléphone grave danger ;
  • les médecins référents en milieu hospitalier ;
  • l’amélioration de la mise à l’abri d’urgence et d’insertion des femmes victimes de violences.

Une convention relative à l’amélioration du parcours des femmes victimes de violences conjugales vers le logement pérenne sera signée entre l’État, le centre de ressources cohésion sociale et urbaine de La Réunion (CR-CSUR), le Réseau VIF et la SHLMR.

La presse est cordialement invitée assister à cette réunion.

Les premiers États généraux des violences faites aux femmes les 25 et 26 novembre 2016 ont impulsé une dynamique dans la politique partagée de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes. Ils étaient organisés autour de cinq ateliers : améliorer l’accueil et l’accompagnement des victimes ; optimiser les capacités de mise à l’abri d’urgence et de logements durable ; développer les outils juridiques de protection ; élaborer un parcours de soin dans la prise en charge des victimes ; renforcer la sensibilisation des jeunes et du grand public. Un an après cet évènement d’envergure, l’occasion est donnée de mesurer la progression de la prévention et de la lutte contre les violences faites aux femmes à La Réunion et les perspectives d’amélioration.