Points de situation

Contenu

Coronavirus COVID-19 à La Réunion : une circulation du virus toujours active

 

Depuis le 5 septembre 2020, La Réunion est en zone de circulation active. Dans la semaine du 14 au 20 septembre (semaine 38), on constate une baisse du nombre de cas confirmés et du taux d’incidence est constatée.

Le nombre moyen de cas confirmés sur la semaine 38 est en effet de 77 par jour à rapporter aux 81 cas en moyenne de la semaine 37 et aux 84 cas de la semaine 36. Le début de la semaine 39 s’inscrit dans cette tendance.

Néanmoins, le nombre d’hospitalisations en réanimation, le taux de positivité et le taux d’incidence pour les personnes de plus de 65 sont en augmentation. La hausse de ces indicateurs témoigne d’une circulation toujours active du virus sur le territoire avec principalement des cas autochtones.

Au 25 septembre 2020, 31 clusters ont été clôturés et 14 clusters restent actifs, dont 8 sont maîtrisés.

 

LES CHIFFRES DU 24 AU 25 SEPTEMBRE

La préfecture et l’Agence Régionale de Santé confirment 184 nouveaux cas de coronavirus COVID-19 enregistrés à La Réunion les 24 et 25 septembre.

Parmi les nouveaux cas :
• 152 cas sont classés autochtones,
• 2 cas sont classés importés,
• 30 sont en cours d’investigation.

Parmi les cas précédemment en cours d’investigation :
• 79 cas sont classés autochtones.
• 22 font l’objet d’analyses complémentaires.

A ce jour, 866 cas de coronavirus COVID-19 sont actifs. Parmi ces cas, 17 sont hospitalisés en service de réanimation et 52 hors service de réanimation.

Au total, 3 685 cas ont été diagnostiqués sur le territoire depuis l’apparition du premier cas le 11 mars 2020, dont 64 évacuations sanitaires au titre de la solidarité régionale depuis cette date.

SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE sur la semaine du 19 au 25 septembre 2020

3 633 cas ont été investigués à cette heure par l’ARS, Santé publique France et l’Assurance Maladie, dont 13% sont des cas importés.

• Bilan des cas investigués :
(Variation par rapport à J-7)

Cas importés
(personnes qui ont contracté la maladie en dehors du territoire)
503 +16
Cas issus d’une évacuation sanitaire au titre de la solidarité régionale 64 -
Cas autochtones secondaires
(personnes ayant un lien direct avec des cas importés)
85 -
Cas autochtones
(personnes ayant un lien indirect ou n’ayant aucun lien avec un cas importé)
2980 +500
Nombre total de cas investigués 3632 +516

• Situation sanitaire :

Cas hospitalisés hors service de réanimation hors EVASAN 48 +1
Cas hospitalisés hors service de réanimation issus d’une EVASAN 4 -4
Cas hospitalisés en service de réanimation hors EVASAN 16 +5
Cas hospitalisés en service de réanimation issus d’une EVASAN 1 -
Cas diagnostiqués 3685 +491
Patients guéris (au 25/09/2020) 2819 +337
Patients actifs (au 25/09/2020) 866 Dont regroupés au sein de clusters identifiés 37
Hors EVASANEVASAN
Décès lié au Covid 9 2
Décès lié à une autre pathologie 1 4

Evolution des clusters identifiés
Un cluster est un foyer de contamination ou un regroupement d’au moins trois cas positifs au coronavirus COVID-19 survenant dans un même lieu au cours d’une période limitée de temps.
Un cluster rattaché à une commune (parce que le patient identifié à une chaîne de transmission y réside) peut comprendre des cas résidant dans d’autres communes.

Les phases d’évolution d’un cluster
Grâce au suivi strict des recommandations sanitaires, à l’isolement des personnes contaminées et des personnes contact, la chaine de transmission au sein d’un cluster peut être rompue.
Le cluster est dit « maîtrisé » à l’issu d’une période de 7 jours en l’absence de nouveaux cas.
Si aucun cas n’est identifié au sein d’un cluster au cours d’une période 14 jours, il est qualifié de « clôturé ».

Les clusters identifiés à ce jour

Au 25 septembre 2020, 31 clusters sont clôturés et 14 sont actifs (en investigation ou maitrisé).

Parmi ces 14 clusters actifs, on note que :
- 2 clusters sont de niveau 1 « criticité limitée » ;
- 1 cluster est de niveau 2 « criticité modérée » ;
- 4 clusters sont de niveau 3 « criticité forte » ;
- et 8 clusters sont maîtrisés.

Localisation des principaux clusters de criticité modérée ou forte ou maîtrisée :
Saint-Denis (2)
Sainte-Marie (1)
La Possession (2)
Saint-Paul (3)
Le Tampon (2)
Saint-Pierre (3)
Le Port (1)

Dans la semaine écoulée, sur les 491 cas enregistrés, 22 cas étaient regroupés au sein des clusters identifiés.
Les clusters identifiés restent diversifiés (milieu professionnel ou en lien avec des rassemblements familiaux ou amicaux).

Dépistage

Nombre total de dépistages (du 18 au 24 septembre) 12 076 -23%
dont dépistages à J7 voyageurs 2005 -14%

Cette stratégie de dépistage permet :
• Identifier les cas le plus précocement possible
• Retracer rapidement son parcours
• Recontacter et isoler toute personne qui aurait été en contact avec ce cas pendant sa période de contagiosité.

Sur la semaine 38 (du 14 au 20 septembre), le taux de positivité était de 4,03 % (source Santé Publique France). Il est en augmentation par rapport à la semaine précédente, mais reste inférieur au seuil de vigilance (5%).

• Surveillance en établissements sociaux et médico-sociaux (ETSMS)

Depuis le 1er août 2020, 6 signalements ont été déclarés : 2 en établissements d’hébergement de personnes âgées, 3 en établissements d’hébergement de personnes en situation de handicap et 1 en établissement de l’aide sociale à l’enfance.
Aucune hospitalisation, ni aucun décès n’ont été signalés.

  • Surveillance individuelle
    Evolution du nombre de cas par type de cas et par semaine de prélèvement (source ARS/AM/SPF)

En semaine 38 (du 14 au 20 septembre), le nombre de cas autochtones a baissé de 8,5% par rapport à la semaine précédente. Parmi les cas investigués :
-  94 % étaient autochtones, dont 8% des cas concernaient un cluster identifié
-  3 % étaient des cas importés

Ces résultats confirment une circulation toujours active du virus à La Réunion avec principalement des cas autochtones.

• Le R (nombre de reproduction ; nombre moyen de personnes qu’une personne malade va contaminer)

A La Réunion, du 14 au 20 septembre 2020, le nombre de reproduction était de 1. Ce nombre a diminué par rapport à la semaine précédente (1,02). Ce niveau nécessite une confirmation dans le temps pour envisager une diminution de l’épidémie. Les résultats des estimations du R doivent être mis en perspective avec les autres données épidémiologiques disponibles.

• Le taux d’incidence (nombre de cas rapportés à la population pour 100 000 habitants)
(Données issues du Point épidémiologique régional du 25/09, Cellule Régionale Réunion de Santé publique France)

En semaine 38 :
• Le taux d’incidence était de 63,3/100 000 habitants. Il a diminué par rapport à la semaine précédente (68.5) et est inférieur au taux d’incidence national.

• Le taux d’incidence par classe d’âge
(Données issues du Point épidémiologique régional du 25/09, Cellule Régionale Réunion de Santé publique France)

En semaine 38, le taux d’incidence a varié en fonction de la classe d’âge au moment du prélèvement :
• taux d’incidence pour les cas confirmés âgés de 15 à 44 ans : 74,4/100 000 habitants.
Comme au cours de la semaine 37, le taux d’incidence poursuit sa baisse pour cette classe d’âge.
• taux d’incidence pour les cas confirmés âgées de 65 à 74 ans : 66,5/100 000 habitants.
Pour la deuxième semaine consécutive, le taux d’incidence pour cette classe d’âge dépasse le seuil de vigilance.
• le taux d’incidence pour les cas confirmés âgés de 75 ans et plus est en augmentation tout en restant en dessous du seuil d’alerte.


Contact tracing
Depuis le 11 mai 2020, le contact-tracing autour des cas confirmés signalés est assuré par une plateforme régionale réunissant l’Assurance maladie, l’Agence Régionale de Santé, avec l’appui de la cellule régionale de Santé publique France.

Le contact-tracing est un dispositif qui a pour objectif d’identifier et de rappeler toutes les personnes ayant été en contact proche avec un cas confirmé de Coronavirus pendant sa période de contagiosité (on parle de « contacts »).

30 à 35 personnels de l’Assurance Maladie et de l’ARS sont mobilisés chaque jour.
Plus de 9 800 personnes ont été appelées individuellement et suivies.
Les personnes « contacts » font l’objet d’une enquête téléphonique au cours de laquelle est évalué leur état de santé et leur est précisé l’importance de :
-  respecter un isolement strict (quatorzaine)
-  surveiller quotidiennement leur état de santé
-  appeler immédiatement le 15 en cas de difficultés respiratoires et signes d’étouffement
-  appeler son médecin traitant dès apparition de symptômes (pour un rendez-vous ou une téléconsultation) pour une prescription d’un test virologique
-  porter un masque en cas de contact en face à face avec d’autres personnes

3 niveaux de contact-tracing différents et complémentaires :

-  1er niveau
le médecin traitant : identification de l’entourage familial le plus proche

-  2ème niveau :
l’Assurance maladie : identification milieu professionnel, amical …

-  3ème niveau :
l’ARS : investigations des situations complexes et des cas regroupés en collectivités pour repérer précocement et limiter la formation de cluster.

RECOMMANDATIONS A SUIVRE


• Si vous des difficultés respiratoires et signes d’étouffement : appeler le 15 sans délai
• Appeler immédiatement un médecin (pour un rendez-vous ou une téléconsultation) pour vous faire prescrire un test virologique, dès l’apparition d’un ou plusieurs symptômes évocateurs. Dans l’attente des résultats, restez isolés.