Contenu

Dengue à La Réunion : le préfet déclenche le niveau 4 du dispositif ORSEC le 10 juillet 2018

 

Ce mardi 10 juillet 2018, le préfet de La Réunion, en concertation avec le directeur général de l’agence régionale de santé (ARS) Océan Indien, a décidé d’activer le niveau 4 du dispositif spécifique ORSEC de lutte contre les arboviroses : « Épidémie de moyenne intensité ». C’est dans ce cadre que l’ensemble des partenaires institutionnels ont été conviés lors d’un Groupement d’Intérêt Public – Lutte Anti-Vectorielle (GIP-LAV), afin de renforcer les dispositifs de lutte contre la dengue. L’objectif est d’interpeller l’ensemble des acteurs et la population pour une mobilisation collective et massive durant l’hiver austral, afin d’enrayer autant que possible la diffusion du virus de la dengue avant l’arrivée de l’été et éviter une épidémie de plus grande ampleur. Ne laissons pas la dengue passer l’hiver, c’est maintenant qu’il faut agir !

Situation épidémiologique au 10 juillet 2018

(données de la Cire OI, Santé Publique France)

Du 25 juin au 1er juillet (données de la semaine dernière en cours de consolidation), 158 cas de dengue ont été diagnostiqués. Au total depuis le début de l’année 2018, on dénombre 5970 cas de dengue confirmés et 124 hospitalisations.

Malgré l’entrée dans l’hiver austral, l’épidémie se poursuit à un niveau toujours soutenu. Par ailleurs, on observe une dispersion de plus en plus importante des cas sur l’île, notamment sur les communes du Nord et du Sud. Or, le maintien d’une circulation du virus pendant l’hiver ferait peser le risque d’une épidémie d’ampleur au cours de l’été austral prochain.


Activation du niveau 4 : « Épidémie de moyenne intensité »

Pour réduire les risques de voir apparaître une épidémie de grande ampleur à l’été prochain, la mobilisation de tous durant l’hiver est déterminante. En effet, le moustique est moins actif durant l’hiver et c’est donc maintenant qu’il faut renforcer une mobilisation maximale de l’ensemble des acteurs.

Le préfet de La Réunion a réuni ce 10 juillet les membres du Groupement d’Intérêt Public de Lutte Anti-Vectorielle (GIP LAV) composé des services de l’Etat, de l’ARS OI, des communes, et des intercommunalités, du conseil régional, et du conseil départemental. A cette occasion, il a rappelé l’importance et la complémentarité des actions menées par les différents acteurs et le nécessaire maintien de cette mobilisation dans les semaines à venir.

Aussi, le passage en niveau 4 du dispositif ORSEC s’accompagne du lancement ou du renforcement de plusieurs dispositifs de lutte contre la dengue :

  • Remobilisation de l’ensemble des acteurs pour le renforcement des opérations coordonnées de nettoyage de quartiers, de sensibilisation du public et d’élimination des gîtes larvaires dans les zones touchées par la dengue.
  • Accélération du recrutement des contrats aidés « Parcours-Emploi-Compétences » dédiés au renforcement des opérations de nettoyage de l’espace public, d’élimination des gîtes larvaires, de sensibilisation de la population en porte-à-porte ou auprès de structures d’accueil du public, etc…
  • Activation du RSMA en appui de la lutte anti-vectorielle : 32 volontaires accompagnés de 4 encadrants procèderont pendant tout ce mois de juillet à des interventions sur le terrain, y compris de démoustication, aux côtés des 120 agents de lutte anti-vectorielle de l’ARS OI. Ils viendront compléter le dispositif déjà renforcé de 28 intérimaires et de plusieurs missions d’appui assurées par les équipes de lutte anti-vectorielle de Mayotte de l’ARS OI.
  • Déploiement progressif de volontaires en service civique : afin de renforcer la communication et l’information auprès du grand public, des volontaires au service civique seront prochainement mobilisables par les organismes d’accueil agréés (collectivités locales, administrations et établissements publics, associations, …). Ils interviendront notamment dans les établissements scolaires, dans les centres de vacances et de loisirs ou de formation, dans les centres d’accueil pour personnes âgées, auprès des personnes défavorisées, des collectivités locales, d’associations de quartiers, communautaires, culturelles, etc
  • Distribution de répulsifs auprès de publics cibles : en complément des nombreuses communications rappelant régulièrement l’importance de l’utilisation de ces produits de protection, un dispositif de soutien par l’ARS OI devrait permettre à la rentrée prochaine de distribuer gratuitement des flacons de répulsifs dans l’entourage immédiat des personnes atteintes, et ainsi contribuer à limiter la propagation de la maladie de proche en proche.
  • Sensibilisation des médecins et des pharmaciens : il sera rappelé aux médecins généralistes l’importance de continuer à prescrire une confirmation biologique à toute personne présentant les symptômes de la dengue, les cas de dengue confirmés étant ensuite systématiquement transmis à l’ARS par les laboratoires publics et privés de l’île. Médecins et pharmaciens seront également à nouveau sensibilisés à l’importance de la promotion des gestes de prévention.
  • Renforcement de la communication : À la rentrée scolaire, une nouvelle grande campagne de communication sera lancée (spots radio, spots télé, campagnes d’affichage) pour continuer à rappeler à la population les gestes de prévention.



Si nous agissons Ensemble contre les moustiques durant l’hiver austral, nous pouvons arrêter l’épidémie de dengue.

Retrouvez le dossier presse - réunion du GIP LAV du 10 juillet 2018 - niveau 4 (format pdf - 418.7 ko - 10/07/2018)