Mer, littoral et pêche

Contenu

Dispositif de recherche déployé pour secourir deux naufragés à la dérive sur une coque de catamaran au large de (...)

 

Le dimanche 10 juillet 2016, le catamaran "la mangue bleue " battant pavillon néerlandais a subi une avarie structurelle entraînant la désolidarisation de ses deux coques alors qu’il effectuait une traversée avec quatre personnes à bord entre Mayotte et Madagascar.

Cette avarie est survenue à 45 milles nautiques dans l’Est de Petite Terre de Mayotte après que le navire ait fait demi-tour. Des signes de faiblesse dans la structure du bateau et sa capacité à supporter les conditions météo-océaniques difficiles dans la zone ont amené l’équipage à changer de cap pour faire route vers son port de départ.

Un couple de naufragés a pu être récupéré lundi 11 juillet par une embarcation de pêche mahoraise à 15 milles des côtes après avoir embarqué à bord de l’annexe motorisée du catamaran pour rallier Mayotte. Les deux autres naufragés étaient arrimés, à l’issue du naufrage, au flotteur bâbord à la dérive et équipés d’eau, de vivre et de gilets de sauvetage.

Le couple secouru à réussi une fois près des côtes à relayer le message de détresse vers le PC « Secmar » de Mayotte qui a transféré la coordination des opérations au CROSS Réunion. Les éléments recueillis par le CROSS Réunion, en collaboration avec le PC Secmar, ont permis de définir la dernière position connue de la détresse.

La vedette de gendarmerie maritime ODET a été engagée par le CROSS Réunion dès réception de l’alerte. Depuis le mardi 12 juillet un important dispositif de recherche a été déployé grâce à l’appui des forces armées dans la zone sud de l’océan indien (FAZSOI). Un moyen aéronautique des FAZSOI (armée de l’air) de type CASA en provenance de La Réunion a été envoyé sur la zone de recherche. Pour compléter l’effort de recherche, des navires de commerces sur zone battant pavillon Bahamas, Liberia, Maltai et St Kitts & Nevis ont été déroutés successivement de leurs lignes commerciales.

À ce stade, l’effort de recherche se poursuit.


 
 

A lire aussi :