Contenu

État-major départemental de sécurité plan de lutte contre les stupéfiants, prévention contre l’alcoolisme et dispositifs mis en place à l’approche des fêtes de fin d’année

 

Mercredi 18 décembre 2019, Jacques Billant, préfet de La Réunion a présidé, avec Denis Chausserie-Laprée, procureur général près la cour d’appel de Saint-Denis, Eric Tuffery, procureur de la République près le tribunal de grande instance de Saint-Denis et Caroline Calbo, procureure de la République près le tribunal de grande instance de Saint-Pierre, un état-major départemental de sécurité (EMDS), en la présence du colonel Pascal Lombard, commandant de la gendarmerie de La Réunion, du commissaire divisionnaire Jean-François Lebon, directeur départemental de la sécurité publique ainsi que du directeur régional des douanes, Patrice Vernet.

Cette réunion de travail était en partie dédiée au plan départemental de lutte contre l’alcoolisme et le trafic de stupéfiants, plan qui est adossé à une politique de prévention des addictions et d’accompagnement social des personnes qui en sont victimes dans le cadre de la déclinaison du plan départemental de mobilisation contre les addictions 2018-2022 et de la feuille de route territoriale pour la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA). Cette feuille de route pour La Réunion vise à élaborer une stratégie locale, à long terme, de lutte contre les addictions tenant compte des besoins du territoire réunionnais.


Lutter contre l’alcoolisme et le trafic de stupéfiants, c’est agir durablement pour la sécurité de nos concitoyens, agir pour la sécurité et la santé publique, agir pour l’avenir du territoire et s’attaquer aux racines de certains fléaux, comme les violences faites aux femmes et l’insécurité routière.

L’alcool et les stupéfiants sont en effet le terreau des faits délictueux : ils désinhibent les auteurs et facilitent leur passage à l’acte tandis qu’ils rendent encore plus vulnérables les victimes et les empêchent parfois de témoigner des faits subis.

Pour mieux lutter contre les violences que connaît le territoire réunionnais les autorités administratives et judiciaires entendent donc restreindre rigoureusement l’accès à l’alcool et renforcer la lutte contre les trafics de stupéfiants. Cet engagement nécessite une mobilisation forte et une coordination des forces de sécurité sous la double autorité des parquets et du préfet.

Au cours de cette rencontre, les autorités judiciaires et le préfet de La Réunion ont ainsi pu échanger avec les forces de l’ordre et fixer les principaux axes de travail, à mettre en œuvre dès la fin de l’année 2019 et tout au long du premier semestre 2020.

retrouvez le dossier de presse - plan lutte contre les stupéfiants-alcool - sécurité routière (format pdf - 601 ko - 18/12/2019)