Actualités

Contenu

Catastrophes naturelles : le préfet associe les maires pour améliorer les systèmes d’alertes météorologiques

 

Amaury de Saint-Quentin, préfet de La Réunion, a réuni les maires le vendredi 4 mai 2018 en préfecture pour un premier retour d‘expérience de la saison cyclonique 2017-2018 et ouvrir les échanges sur l’amélioration des dispositifs existants.

 

Conformément aux engagements pris par Annick Girardin, ministre des outre-mer, le préfet de La Réunion, lance une réflexion à propos des systèmes d’alerte météorologiques en lien avec Météo-France et la direction générale de la sécurité civile et de la gestion de crise. Cette réflexion nécessairement partenariale doit être largement partagée. Elle associe pleinement les élus et notamment les maires qui sont les premiers maillons dans l’organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC) ainsi que l’ensemble des services compétents en matière de prévision et de gestion de crise.

La saison cyclonique 2017-2018 a particulièrement impacté La Réunion : Ava, Berguitta, Dumazile et Fakir ont entraîné d’importants dégâts dans plusieurs communes du département. Le caractère atypique de la forte tempête tropicale Fakir, en raison de son développement tardif dans la saison cyclonique, mais également de sa rapidité, met par ailleurs en évidence la diversité des phénomènes susceptibles de toucher La Réunion.

La mise en œuvre des systèmes d’alertes cyclonique et météorologique à La Réunion est complexe, en raison principalement de la géographie particulière de l’île. La multiplication et la diversité des phénomènes météorologiques majeurs posent en outre la question de l’évolution de ces systèmes d’alerte, pour mieux prendre en compte les spécificités des territoires réunionnais, alors que les moyens technologiques de prévision, la démographie de l’île, ainsi que les modes de vies ou de déplacements ont profondément évolué.

Lors de cette réunion, le préfet a dressé le bilan de la saison cyclonique et des indemnisations susceptibles d’être mobilisée au titre du fonds de secours pour l’outre-mer. Le préfet a ensuite engagé un débat avec les élus présents concernant les évolutions potentielles et/ou nécessaires des systèmes d’alerte météorologique et cyclonique en vigueur La Réunion. De nombreuses propositions ont été formulées concernant les différentes phases d’alerte, leur modalité de mise en œuvre, ainsi que leur meilleure appropriation par les Réunionnais. Des réunions associant l’ensemble des acteurs de la chaîne ORSEC seront organisées dans les semaines à venir. L’objectif est de déterminer les aménagements du système d’alerte actuel qui devront être mis en œuvre dès novembre pour l’ouverture de la prochaine saison cyclonique.