Contenu

Les enjeux et la prévention

 

Impuissant face à l’arrivée d’un cyclone, l’Homme peut toutefois en prévenir les risques notamment grâce à la surveillance météorologique et à l’alerte de la population, ainsi que par des mesures d’ordre réglementaire et constructif.

 

Les enjeux humains
Au nombre des victimes corporelles, souvent important (environ 6 000 décès chaque année), s’ajoute un nombre de sans-abri, potentiellement considérable compte tenu des dégâts aux constructions. Les bilans sont d’autant plus lourds que le phénomène concerne souvent des pays en développement, au niveau d’équipements réduit ; les habitations y sont généralement très loin d’une conception paracyclonique adaptée. Les causes de décès ou de blessure sont surtout dues aux marées cycloniques et aux effets liés aux fortes précipitations (coulées boueuses, etc.).

Les enjeux économiques
n cyclone peut altérer gravement les outils économiques. Les dommages portés aux édifices, aux routes, aux voies ferrées ou aux infrastructures industrielles peuvent entraîner des coûts considérables : directs comme la reconstruction ou la remise en état, ou indirects comme la perte ou la perturbation d’activité. Les conséquences économiques peuvent également être liées à l’interruption des liaisons aériennes et maritimes ou aux dégâts portés aux réseaux divers (eau, téléphone, électricité). Enfin, l’agriculture étant prépondérante dans une grande partie des pays exposés, les dégâts sur les cultures peuvent être extrêmement préjudiciables.

Les enjeux environnementaux
Parmi les atteintes portées à l’environnement (faune, flore, milieu terrestre et aquatique) par les cyclones, on distingue les effets directs (destruction de forêts par les vents, dégâts des inondations, etc.) et les effets indirects (pollution des côtes par un naufrage, effets dus à un accident industriel ou technologique, etc.).


La gestion du risque cyclonique

La prévention

Impuissant face à l’arrivée d’un cyclone, l’Homme peut toutefois en prévenir les risques notamment grâce à la surveillance météorologique et à l’alerte de la population, ainsi que par des mesures d’ordre réglementaire et constructif.

Les mesures de prévention d’ordre constructive :
- Le respect des normes de construction en vigueur prenant en compte les effets dus aux vents (Documents techniques unifiés " Règles de calcul définissant les effets de la neige et du vent sur les constructions ", datant de 1965 et modifiés en 2000) ;
- Des mesures portant sur les abords immédiats de l’édifice construit (élagage ou abattage des arbres les plus proches, suppression d’objets susceptibles d’être projetés, etc.) ;
- Une implantation des constructions en dehors des zones particulièrement vulnérables (en bordure de littoral, dans des secteurs exposés à un aléa torrentiel ou de glissement de terrain, sous les lignes électriques à haute tension, etc).

La maîtrise de l’urbanisation passe par les plans de prévention des risques naturels prescrits et élaborés par l’État. Dans les zones exposées aux effets induits par les cyclones, les PPR inondations et mouvements de terrain peuvent prescrire ou recommander des dispositions constructives ou des dispositions sur l’usage du sol.

La surveillance météorologique est une mission fondamentale dans la prévention du risque cyclonique. L’Organisation météorologique mondiale, qui coordonne la veille cyclonique au plan international, a désigné dans chaque bassin océanique un centre météorologique régional spécialisé(CMRS).

Ces centres ont pour vocation de détecter les phénomènes dès que possible, de prévoir leur évolution (intensification éventuelle, trajectoire) et de diffuser des messages à tous les centres météorologiques de la région concernée (le relais est alors donné aux services météorologiques nationaux).


En savoir + : http://www.risquesmajeurs.fr