Agriculture et forêt

Contenu

Point à mi-parcours de l’enquête sur la structure des exploitations agricoles : plus de 1 000 questionnaires déjà remplis !

 

L’enquête sur la structure des exploitations agricoles (ESA) est conduite à La Réunion par le service statistique de la direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DAAF) auprès de 2 234 exploitants agricoles. Cette enquête fait partie du programme national d’enquêtes et a pour finalité l’amélioration de la connaissance des structures et des méthodes de production agricole. Elle se déroule d’octobre 2016 à janvier 2017.

 
A mi-parcours de l’enquête, la barre des 1 000 questionnaires a été dépassée.

Les entretiens avec les exploitants sont conduits par les 20 enquêteurs recrutés par la DAAF. Après une première prise de contact téléphonique, un rendez-vous est sollicité afin de remplir le questionnaire en face à face. Les questions posées portent sur les surfaces mises en valeur pendant la campagne 2015-2016 et les cheptels conduits. Les autres thèmes abordés sont l’emploi, la diversification, les modes de commercialisation et la gestion de l’exploitation.

Afin de faciliter le remplissage du questionnaire, et de ce fait réduire le temps d’entretien, les exploitants sont invités à se munir du récapitulatif de leur dossier PAC 2016 ou de tout autre document en leur possession.

Le ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt réalise cette enquête de grande ampleur auprès des exploitants agricoles sur l’ensemble du territoire national. L’enquête sur la structure des exploitations agricoles de 2016 répond à une exigence européenne visant à suivre l’évolution de l’agriculture dans chaque État Membre entre deux recensements agricoles. Il s’agit de la seconde étude depuis le recensement de 2010. Les données qui sont collectées permettront de guider les politiques agricoles menées ou en préparation, et de suivre la démographie des exploitations agricoles françaises. Cette enquête a reçu le label d’intérêt général et de qualité statistique du conseil national de l’information statistique (CNIS), elle est obligatoire. Ceci confère la stricte confidentialité des réponses qui sont couvertes par le secret statistique (loi n° 51-711 du 7 juin 1951 modifiée), ce qui garantit qu’elles ne seront ni divulguées, ni utilisées par d’autres services que les services statistiques du Ministère.