Contenu

Qu’est-ce qu’un tsunami ?

 

Le terme tsunami est un mot japonais composé de tsu, « port », « gué », et de nami, « vague » ; il signifie littéralement « vague portuaire ».

 

77% des tsunamis ont été générés dans le Pacifique contre 9 % en Méditerranée, 10 % dans l’océan Atlantique et 4 % dans l’océan Indien.

Un tsunami se crée lorsqu’une grande masse d’eau est déplacée.
Si l’on exclut les cas très particuliers de tsunamis qui seraient générés par une explosion d’origine humaine ou par l’impact d’une météorite, on peut dire que les tsunamis ont toujours une origine géologique.

Suite à un séisme, un glissement de terrain ou une éruption volcanique, la couche océanique est ébranlée, avec un soulèvement, et parfois un affaissement. La surface de l’eau commence alors à osciller et les vagues se propagent dans toutes les directions.

Lorsqu’il atteint le littoral, le tsunami peut avoir des manifestations variables.
Ainsi, plus le volume d’eau déplacé est grand, plus la distance parcourue par les tsunamis sera longue, plus le nombre de pays concernés sera élevé et plus les dégâts risquent d’être importants.


Les scientifiques distinguent trois types de tsunamis :

  • les tsunamis locaux, observables jusqu’à une centaine de kilomètres, sont provoqués par des séismes (d’une magnitude de 6,5 et 7,5), des glissements de terrain ou des éruptions volcaniques ;
  • les tsunamis régionaux qui se propagent sur une distance comprise entre 100 et 1000 km et sont générés presque uniquement par des séismes de subduction ;
  • les télétsunamis, capables de détruire les côtes à des milliers de kilomètres de la source.

Les tsunamis dépendent en outre du relief des côtes. Alors que les pentes fortes réfléchissent les vagues, dans les pentes douces, l’amplitude des vagues augmente. De même, un îlot sera protégé par la barrière de corail qui « casse » les vagues.


Pour en savoir +, consultez le site risques.gouv.fr