Mer, littoral et pêche

Contenu

Semaine de l’économie bleue à La Réunion

 

Le lundi 25 mars 2019, Amaury de Saint-Quentin, préfet de La Réunion, a ouvert la semaine de l’économie bleue aux côtes du président du conseil régional, du secrétaire général de la commission de l’océan Indien et du président de l’Université.


Voici quelques extraits de son discours :

"La mer doit de nouveau nous faire rêver, l’appel des embruns nous permettre de libérer les énergies. C’est tout l’objet de cette semaine de l’économie bleue."

"Il reste vital de conforter le rôle du grand port comme plateforme de desserte régionale à l’échelle de tout l’océan Indien. Sans port puissant, pas de puissance maritime !"

"Nous devons avoir pour la pêche une ambition responsable. Cela passera par une nécessaire structuration en filière de qualité et un contrôle accru pour lutter contre la pêche illégale."

"J’ai décidé d’engager une réflexion globale qui prendra le nom de "plan d’avenir pour la pêche et l’aquaculture réunionnaise" autour de trois axes : la soutenabilité de la ressource et du marché, la modernisation de l’outil de travail et la valorisation du métier de pêcheur."

"Nous devons réussir le pari du développement durable. Nous aurons réussi quand ce développement maritime sera à 100% compatible avec le fonctionnement des océans, qu’il garantira un renouvellement des ressources et une préservation du vivant dont nous sommes issus et dont nous dépendons."

"La mer est une affaire de métier et de connaissance. Les métiers de la mer doivent apparaître comme un avenir tout à fait naturel et accessible."

"La Réunion peut et doit devenir la plateforme avancée de recherche de l’Europe en sciences de la mer. Il en va de l’avenir de la filière."

"Notre île possède des atouts incomparables et il est de notre devoir de transformer, avec célérité et pragmatisme, ces atouts en réalisation concrète. Il nous faut souquer ferme. Gardons donc à l’esprit, qu’au final, la mer c’est toujours une affaire d’équipage, jouons collectif, fédérons et prenons le large."

 
 

A lire aussi :