Contenu

Lutte contre la pêche illicite : l’OSIRIS de retour de sa deuxième mission régionale

 

A l’occasion du retour de l’OSIRIS, une conférence de presse s’est tenue à bord afin de présenter le bilan des deux missions régionales menées cette année par le patrouilleur : infractions constatées, composition des équipages régionaux et protection de l’écosystème.

Consultez le Dossier de presse - Lutte contre la pêche illicite : l’OSIRIS de retour de sa deuxième mission régionale (format pdf - 3.1 Mo - 15/11/2017)

La 52ème mission conduite par l’OSIRIS a visité les zones des Comores, Madagascar, la France (La Réunion), les Seychelles et la Tanzanie. Ont embarqué à cette occasion des inspecteurs des pêches français (dont des inspecteurs du Parc naturel marin des Glorieuses), malgaches, seychellois, comoriens et mozambicains.

Le patrouilleur OSIRIS de la direction de la mer Sud océan Indien sert de support à des patrouilles régionales pour les pays de la Commission de l’océan Indien ainsi que les trois États côtiers (Kenya, Mozambique, Tanzanie) ne disposant pas de moyens hauturiers de contrôle des pêches. Il permet également de former ou améliorer les compétences des inspecteurs chargés du contrôle des pêches. Depuis 2007, la Commission de l’océan Indien (COI) a mené 52 patrouilles conjointes engageant à son bord des inspecteurs issus des huit états participants au plan régional de surveillance des pêches (PRSP). Ces missions, qui s’inscrivent notamment dans la mise en œuvre du plan régional de contrôle et de surveillance de l’environnement marin signé le 30 août 2017 par les préfets de La Réunion, de Mayotte et des TAAF, participent à la protection du Parc marin des Glorieuses, des zones économiques exclusives françaises et à la lutte contre la pêche illicite dans les zones économiques exclusives des pays de la commission de l’océan Indien.



Le patrouilleur maritime OSIRIS rentre au port de La Réunion après avoir passé 19 jours dans les zones des Comores, Madagascar, France (La Réunion), Seychelles et Tanzanie. Des infractions majeures ont été constatées par l’équipe d’inspection régionale au cours des quatre inspections réalisées qui ont abouti, entre autres, au déroutement de deux navires de pêche portant le pavillon des pays de la région. Cette année, l’OSIRIS a parcouru plus de 6000 milles marins, soit 11 000 km environ, dans le canal du Mozambique, le parc marin des Glorieuses et le bassin des Mascareignes .

La mission régionale d’Osiris, qui a accueilli pour la première fois une majorité de femmes inspecteurs, a enregistré des résultats remarquables :

  • un palangrier seychellois appartenant à un armateur taïwanais a été dérouté vers Mahé (Seychelles) après un constat de pêche non déclarée de 658 kg d’ailerons de requins, soit l’équivalent de 19 tonnes de requins ;
  • en transit dans la ZEE malgache le patrouilleur OSIRIS a constaté un navire (boutre) avec cinq pirogues en action de pêche de concombres de mer, une infraction selon la loi malgache. Le Centre de surveillance des pêches de Madagascar, en contact avec le patrouilleur, a ordonné au navire de quitter les lieux ;
  • Un refus de contrôle par un palangrier chinois en ZEE seychelloise qui sera sanctionné.

Cette patrouille maritime a été combinée avec deux patrouilles aériennes, effectués par un avion de la République de Maurice, à partir de la Tanzanie, pour détecter d’éventuels navires en action de pêche illégale. L’analyse des données AIS (Automatic Identification System) effectuée par le CROSS Réunion complète le suivi par satellite (VMS) des navires de pêche.

L’OSIRIS a embarqué lors de cette dernière mission des inspecteurs des pêches français, notamment du parc naturel marin des Glorieuses, des inspecteurs comoriens et seychellois.