Contenu

NOVICAREX Simulation d’accident de transport scolaire de grande ampleur

 
twitter

Un exercice de sécurité civile mettant en œuvre les dispositions générales "ORSEC NoVi" (Nombreuses Victimes) s’est déroulé le mardi 31 mai 2016, à l’Etang Salé.

Le scénario élaboré conjointement avec l’État-major de zone et de protection civile de l’océan Indien, le SDIS, le SAMU, le rectorat, la CIVIS / SEMITTEL, les sociétés Run Conseil et Get974 prévoit un accident de car de transport scolaire aux abords du collège Aimée Césaire de l’Etang Salé aux environs de 8h30.

Afin de vérifier les procédures décrites dans le plan, la bonne coordination des différents acteurs intervenants et la répartition des rôles et missions, l’exercice d’entraînement a associé les principaux partenaires publics et privés soit plus de 250 participants joueurs.

<script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>


<script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>



<script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>



<script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>



<script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>





Initialement programmé le 25 février cet exercice avait été annulé en raison des conditions météorologiques exceptionnelles sur l’Etang-Salé.



« ORSEC nombreuses victimes » (NoVi)



Pour faire face à un accident implicant de nombreuses victimes, le préfet de La Réunion dispose d’un document de planification appelé dispositions générales « ORSEC NoVi ». Ce plan, correspondant à l’ancien plan rouge, prévoit les procédures immédiates et coordonnées de secours d’urgence à engager en vue de remédier aux conséquences d’un accident catastrophique à effet limité entraînant ou pouvant entraîner de nombreuses victimes. Il détermine les moyens, notamment médicaux, à affecter à cette mission.

Les critères généraux devant aboutir à la mise en oeuvre du dispositif ORSEC « NoVi » sont :
le caractère collectif de l’accident entraînant de nombreuses victimes,
la probabilité de nombreuses victimes potentielles liée à un risque collectif,
l’existence d’un besoin sanitaire massif et urgent dû au grand nombre de victimes.

Il fait notamment appel aux moyens du service départemental d’incendie et de secours, du SAMU, des forces de l’ordre, des collectivités territoriales et des EPCI (établissements publics de coopération intercommunale), des associations agréées de sécurité civile, des transporteurs sanitaires privés.




Principes et organisation du dispositif opérationnel ORSEC :

La loi de modernisation de la sécurité civile du 13 août 2004 et de ses trois décrets d’application du 13 septembre 2005 (ORSEC (2005-1157) PPI (2005-1158) et plan communal de sauvegarde PCS (2005-1156)), ont réformé la doctrine de planification des secours en simplifiant et en homogénéisant les plans afin de les rendre plus réactifs et adaptables.
ORSEC, c’est une organisation :

  • basée sur une analyse des risques donc adaptée aux risques prévisibles recensés ;
  • permanente, elle s’appuie sur les procédures de vigilance, veille permanente de certains risques (intempéries, inondations, risques sanitaires…) ;
  • progressive, déployée selon l’ampleur des événements, elle monte en puissance dans la continuité de la réponse courante des premiers intervenants de sécurité civile en mobilisant d’autres acteurs ;
  • adaptable, le schéma général de réaction est suffisamment souple pour s’adapter à toutes les situations même celles non prévues ;
  • rôdée par des entraînements et des exercices réguliers ;
  • en évolution permanente, chaque mise en oeuvre ou exercice doit faire l’objet d’un retour d’expérience.