Contenu

Prix de vente maximum des hydrocarbures à La Réunion à compter du 1er avril 2022

 

La crise géopolitique en Ukraine cause depuis mars des hausses historiques sur les cours des hydrocarbures. Dans ce contexte, une remise exceptionnelle de 15 centimes par litre est mise en place par l’État à partir du 1er avril 2022 et pour une durée de 4 mois. Cette remise atténuera fortement la hausse des prix des carburants au 1er avril, qui sera de 3 centimes par litre pour le sans-plomb et 5 centimes par litre pour le gazole.

 

Au cours du mois de mars 2022, les cotations sur les carburants à Singapour qui servent de référence pour le calcul des prix à La Réunion ont fortement augmenté par rapport au mois précédent. Le cours du baril de super sans-plomb est passé de 110 $ à 132 $ (soit une hausse de 20 %) et celui du gazole de 110 $ à 140 $ (+ 27 %). En comparaison, la moyenne des cours à Singapour sur l’année 2021 était de 68 $ pour le sans-plomb et de 70 $ pour le gazole. Les cours du super sans-plomb et du gazole ont donc pratiquement doublé entre 2021 et aujourd’hui.
La hausse des cotations pour avril 2022 est encore accentuée par l’affaiblissement de l’euro par rapport au dollar qui entraîne à lui seul une hausse du prix des carburants de près de 3 centimes par rapport au mois précédent.
Le taux d’octroi de mer perçu par les collectivités locales est inchangé à 22,5 % sur le sans-plomb et 5 % pour le gazole, mais son montant augmente en proportion de la hausse des prix des carburants et contribue donc à en accentuer les effets (+3,3 centimes par litre pour le super sans-plomb et + 1 centime par litre pour le gazole).
En revanche, les marges des distributeurs restent les mêmes en 2022 (à 9 centimes par hectolitre pour les grossistes et 12 centimes par hectolitre pour les détaillants) quel que soit le prix du litre et n’ont donc aucun impact à la hausse sur le prix du litre vendu à la pompe.
Au final, la répercussion des fortes hausses des cours mondiaux des carburants aurait dû entraîner une forte hausse du prix à la pompe de 18 centimes pour le sans-plomb et de 20 centimes pour le gazole.
Dans ce contexte, l’aide exceptionnelle de l’État de 15 centimes par litre qui s’applique à partir du 1er avril 2022 et pour une durée de 4 mois vient atténuer cette hausse qui s’établit au final à 3 centimes pour le sans-plomb et 5 centimes pour le gazole.
Grâce au dispositif réglementé de fixation des prix qui a été mis en place dans les DOM et à un niveau de taxation très inférieur à celui de la métropole, les prix des carburants demeurent donc très inférieurs à ceux de l’Hexagone où le prix moyen des carburants à la pompe se situe à plus de 2 € par litre le 28 mars 2022 (2,022 € pour le sans-plomb 95 et 2,16 € pour le gazole).
La remise de 15 centimes s’applique également sur le GNR mais uniquement lorsqu’il est utilisé comme carburant. Cette remise ne s’applique pas pour les autres utilisations du GNR tels que pour l’alimentation des chaudières et des fours.
En ce qui concerne le gaz, la cotation mensuelle du butane enregistre également une nette hausse à 920 $/TM (soit + 18,71 %), tout comme celle du propane (895 $/TM, soit + 15,48 %). Le prix de la bouteille de gaz augmente finalement de 9,3%, à 22,96 €.

Focus sur les mesures de limitation des hausses des carburants du « plan de résilience » :

La « ristourne » de 15 centimes par litre s’inscrit dans le plan de résilience annoncé par le Premier Ministre le 16 mars dernier. Celui-ci comprend des mesures qui concernent les entreprises, en particulier les pêcheurs, les entreprises du transport, les agriculteurs et les entreprises du BTP, mais aussi les ménages.

Plutôt que d’appliquer une réduction du montant des taxes, il s’est agi de cibler à la fois les particuliers et les professionnels. En effet, une baisse de taxes n’aurait pas pu profiter à certains professionnels déjà exonérés.

Ce choix permet surtout une plus grande réactivité dans le temps, tant pour sa mise en place que pour son abandon dès lors qu’elle ne sera plus justifiée par la conjoncture.

S’agissant des pêcheurs, chaque navire touchera une aide équivalente à 35 centimes par litre sur toute la consommation de carburant entre le 17 mars et le 31 juillet 2022. Dans le cas des transporteurs, une aide exceptionnelle forfaitaire par type de véhicules va bénéficier à plus de 500 000 véhicules pour un montant estimé à plus de 400 millions d’euros. Ces mesures ont largement été saluées par les organisations professionnelles de ces différents secteurs.

En complément, le Premier Ministre a annoncé le 25 janvier dernier la réévaluation à hauteur de 10 % du barème utilisé par les ménages qui se servent de leur véhicule pour travailler. À La Réunion, cette mesure concerne 25 000 foyers, soit 20% des foyers imposables, qui peuvent ainsi réduire d’environ 150 euros en moyenne leur impôt au titre de l’année 2021. Cette mesure sert aussi de référence pour revaloriser les indemnités kilométriques directement versées par les employeurs à leurs salariés qui utilisent leur véhicule personnel.

Pour information, l’historique de ces produits sur les trois dernières années se décline

comme suit :

Prix des carburants en ordonnée à gauche et prix du gaz à droite

À savoir : Comment changer son comportement pour limiter sa facture de carburant ?

Au-delà des mesures d’aide apportées par l’État et pour faire face à une raréfaction et à une hausse des coûts inéluctables du pétrole et des énergies fossiles, c’est l’intérêt de chacun d’entre nous de faire évoluer son comportement dans le sens d’une meilleure transition énergétique.

Concrètement, il s’agit en particulier pour chacun d’entre nous de privilégier autant que possible les transports en commun et le covoiturage ainsi que les moyens de déplacement propres et bénéfiques pour la santé (vélo, marche, etc.), mais aussi d’avoir une conduite plus souple, ou encore de limiter la climatisation.